CRITIQUES

« Déjanté, Romain Dayez a le sens du parfait timing qui fait les grands comiques, le naturel du chant et l’émotion qui est là quand on la convoque. Avec cela, un corps à la Fred Astaire, souple comme un félin tout en longueur. »
Hélène Delavault

« Romain Dayez, baryton au panache lumineux, au timbre corsé et à la projection généreuse, s’impose en Papageno boute-en-train insouciant et jouisseur. »
La Flûte Enchantée – Forum Opera

« L’accessit masculin va à Romain Dayez, dont on peut admirer, dans son très maladroit personnage d’aristocrate introverti, la réelle aisance scénique et surtout une diction claire et réfléchie accompagnée d’une projection de qualité. »
Reigen – Musicasola

« Une vraie signature vocale, une voix puissante, marquée et marquante, comme par exemple celle du baryton Romain Dayez (qui interprète ici plusieurs rôles avec brio). »
Les Misérables – RegArts

« Les chauds applaudissements lors des saluts confirment cet engouement pour cet oiseleur et les talents de comédiens de Romain Dayez. Son timbre de chanteur gagne en largeur au fil du spectacle et offre un très réussi duo avec sa Papagena. »
La Flûte Enchantée – Olyrix

« Dans cette ambiance solennelle, c’est burlesque offert par Papageno (le baryton Romain Dayez) qui fait recette. Le personnage pataud et gaffeur est au centre de l’opéra et plus encore de cette production. »
La Flûte Enchantée – La Montagne

« Romain Dayez incarne un Oristeo empli de la noblesse de sa voix de baryton, bien stable sur toute l’étendue du registre. Son déguisement en jardinier, affublé d’une comique voix de fausset, donne lieu à de savoureux passages burlesques. »
L’Oristeo – Baroquiades

« Romain Dayez est un Papageno hilarant qui marque les spectateurs, notamment lorsqu’il se promène au milieu du public. »
La Flûte Enchantée – Fondation Varenne

« Romain Dayez fait l’unanimité. »

Reigen – Bladsurb

« Pour Romain Dayez, baryton belge, le rôle de Gérard Cardoval n’a pas de secret. Il a déjà de nombreuses expériences sur scène, et ce n’est pas par hasard qu’il contrôle parfaitement sa voix en fonction de chaque situation scénique. »
Un Soir de Réveillon – Resmusica

« Romain Dayez (Cardoval) impose son charisme et sa projection puissante. »
Un Soir de Réveillon – Concertonet

« Eric Huchet et Romain Dayez font montre de dons réels pour la comédie, mais n’en sont pas moins d’excellents chanteurs. »
La Périchole – Forum Opera

« Éric Huchet et Romain Dayez forment une paire de complices, inséparables et assortis, accordés dans leurs duos comme dans leurs mimiques (jusqu’aux salutations, où l’un passe devant l’autre pour être la vedette, pantomime digne des grands duos clownesques), l’un vêtu d’une veste noire sous laquelle détonne une chemise verte, le second habillé d’une chemise bleue pimpante. Très comédiens, ils ne lésinent pas sur les exagérations, dont ils font profiter l’auditoire avec un plaisir communicatif. Les voix sont franches dans l’énonciation, projetant aisément, avec ce qu’il faut de caractère pour balancer entre la crédibilité de leur personnage et leurs propos parfois souriants. La clarté du ténor et la rondeur des médiums du baryton s’associent en des duos réussis et complices. »
La Périchole – Olyrix

« Eric Huchet et Romain Dayez, talentueux comédiens et chanteurs de qualité. »
La Périchole – Classiquenews

« Le baryton Romain Dayez est tout à fait à l’aise dans son rôle de jeune premier fêtard, et l’on guette avec intérêt son retour dans Les P’tites Michu de Messager, monté prochainement par les mêmes Brigands. »
Un Soir de Réveillon – Forum opera

« Le baryton Romain Dayez prête sa voix et sa plastique apollinienne au roi-jardinier. »
L’Oristeo – journalventillo

« Voix d’or bien sonnante, le baryton Romain Dayez à la stature imposante s’impose en faux jardinier et vraiment royal Oristeo. »
L’Oristeo – classiquenews

« Les sept solistes montrent un équilibre vocal parfait, les voix sont fraîches, sensibles, nuancées. Dans le rôle titre, le jeune baryton Romain Dayez possède beaucoup d’assurance. »
L’Oristeo – Vcbm

« Romain Dayez, remarquable dans le rôle-titre, a démontré ici, à 27 ans tout juste, l’étendue d’un réel talent de comédien mais aussi de baryton à la carrière prometteuse. »

L’Oristeo – Destimed

« Romain Dayez dote le rôle d’Oristeo de l’évidence d’une voix conduite sans affectation. »
L’Oristeo – Resmusica

« Le Bagnolet impayable, entre obséquiosité et hystérie, de Romain Dayez. »
Les P’tites Michu – Concertclassic

« Romain Dayez campe un Bagnolet vibrionnant et hilarant. »
Les P’tites Michu – Forumopera

« L’aide de camp Bagnolet, extrêmement drôle, sorte de Monsieur Hulot dégingandé, superbe Romain Dayez. »
Les P’tites Michu – Transfuge

« Le Bagnolet pithiatique (mais jouissif !) de Romain Dayez. »
Les P’tites Michu – Resmusica

« Difficile de citer tout le monde tant la qualité des voix est remarquable. Mention pour Romain Dayez, qui campe un Bagnolet croquignolesque. »
Les P’tites Michu – Ouest France

« Romain Dayez, avec sa voix bien posée de baryton, est un Bagnolet aussi efféminé que décalé. »
Les P’tites Michu – Olyrix

« Chaque personnage est très bien campé et défini, avec le degré de caricature que l’on attend et même plus ! Romain Dayez crée ainsi un amusant Bagnolet particulièrement maniéré. »
Les P’tites Michu – L’Atelier du chanteur

« Des figures jubilatoires, comme celle de « Bagnolet » (Romain Dayez) qui forme avec le « Général des Ifs » (Boris Grappe) un duo savoureux. »
Les P’tites Michu – Classic Agenda

Romain Dayez, Bagnolet en ordonnance efféminée, Marie Lenormand en mère Michu dépassée et Damien Bigourdan en fromager peu futé, sont parfaits.
Les P’tites Michu – Asopera

Romain Dayez, aux entrechats aussi désopilants que sa feinte autorité, guide lui aussi le spectateur dans des méandres d’étonnements.
Les P’tites Michu – Cmsdt-spectacles

Mention spéciale pour Bagnolet et son feu de plancher, homme à tout faire, personnage hystérico-comique dont les mimiques et liaisons douteuses ponctuent l’histoire de manière décalée.
Les P’tites Michu – Le Kiosque nantais

« Romain Dayez est un Jupiter au charme olympien. »
Castor et Pollux – Anaclase

« Romain Dayez offre un désopilant Baron de Trombonok. »
Le Voyage à Reims – Concertonet

« Le Rapt Invisible de Romain Dayez, baryton, accompagné par son harmonium indien et le violoniste Arthur Deck, véritable moment de grâce sacrée porté par l’œuvre picturale de sa mère, Caroline Chariot-Dayez »
La Nuit de Lumière – RCF